L’allez….!

Je ne veux pas faire de cet endroit un blog poubelle ou je raconte ce que j’ai mangé à midi, où j’ai fait la sieste ou quels toilettes naturels ou publics j’ai utilisé,  cependant mes débuts valent le coup d’être relatées.

J’appellerai cet épisode,  the Star Alliance European Tour 2016 !

 

A l’origine le programme c’était de décoller (tout court) le samedi soir de Lyon jusqu’a Francfort puis Oslo, et le lendemain Oslo Tromso. Je serai arrivée le dimanche pour visiter la ville et dormir en hostel où une soirée pêche dans les fjords s’organisait.

 

Cependant à la surprise générale  (! Aucune annonce prealable), le vol est annulé… L’aéroport de Francfort est carrément fermé. Bien sûr c’était le dernier de la journée.

On reprend les bagages et direction le guichet pour 2 heures d’attente, on me propose de dormir dans l’hôtel de l’aéroport et repartir le lendemain soir. Je préfère aller à la soirée barbecue chez Anne claire…! Petit vélo et moi on dort à Lyon!

 

Le lendemain soir, je retente ma chance, mais oups le vol a 30 minutes de retard (encore une fois personne ne s’y attendait étant donné que le personnel de bord était encore avec nous dans la salle d’attente à l’heure prévue du decollage…! Cherchez l’erreur). Je sais déjà que je vais louper ma correspondance pour Oslo à Bruxelles. Je ronchonne un peu, on me surclasse gentiment.

A l’arrivee a Bruxelles le dimanche soir, au cas où, je cours quand même en descendant de l’avion,  en vain. Direction le guichet, bien sûr c’était le dernier vol de la journee je vais « Devoir » dormir à l’hôtel sheraton de l’aéroport.  Je suis rebookée sur trois vols le lendemain matin départ 6h15! Je n’imagine même pas avoir mes bagages à la fin car trois vols ça ne suivra pas c’est quasi sur. Mais l’important c’est d’avancer, même petit bout par petit bout.

Je me console autour du repas avec les autres passagers qui ont eux aussi raté leur vol, dont un Berlinois qui a l’air français Clement,  et un français qui vit à Berlin Jeremy.

Pour mes bagages, on me dit « de ne pas m’inquiéter,  ça ira.. » bien sûr. …

4h de dodo, je loupe le pti déj de l’hôtel car trop tot,  damn!, J’arrive au check in, impossible de m’enregistrer,  je fais la queue à un guichet puis retourne au check in, le vol décolle dans 45 minutes et je suis encore loin des contrôles bagages, pas de panique, si je le rate je serai re, re, re-re booké, j’ai pas toutes mes cartes d’embarquement mais j’y vais comme ça,  me dit il. Je suis plus à ça près de façon!

 

Le vol pour copenhague se passe bien, apres quelques pas de courses quand meme, ca fait office d’entrainement que je n’avais pas eu le temps de faire avant le départ.

Au final l’avion atterrit même en avance à Copenhague…ces danois sont trop forts. C’est un plaisir de retrouver l’atmosphère danoise qui m’apaise et me fait sourire, un vent de cannelle se disperse dans tout l’aéroport, une brise de tout va bien.

 

Puis vol pour Oslo, à l’arrivée, c’est encore la course, décidément c’est pire que Pékin express, je n’ai que 40 minutes pour reprendre mon vol Oslo Tromso, mais entre temps je dois récupérer mes bagages,  les passer à la douane, faire mon check in, repasser les contrôles bref mission impossible…

Bon ben évidemment,  j’attends les bagages qui n’arrivent pas, je fais plusieurs guichets, je rate le vol, mais je suis rebookée automatiquement sur le prochain….. pas étonnée…

Après une deuxième tournée aux guichets, je négocie un repas pour le midi (y a pas de petites victoires), parce que être renfrogné le ventre vide c’est moche!

Puis j’apprends gaiement que mes bagages ne me rejoindront que le soir, j’explique pour la enieme fois que dans les bagages il y a ma maison et mon moyen de locomotion, et en plus j’ai rdv avec le capitaine du bateau Hurtigruten a 18h30 precises !! alors on fera route à part, ils prendront l’avion jusqu’a mon escale finale en bateau, à Honningsvag.

Voilà on voyage déjà séparément,  deja des vols a part alors que ca venait tout juste de commencer, notre lune de miel n’aura pas duré longtemps….les retrouvailles n’en seront que plus appréciées! ? Faut bien se manquer un peu pour se retrouver.

Je demande quand même un petit kit de survie pour dédommager d’être dans les mêmes habits depuis trois jours.

allez2.jpg

Oui bizarrement vous pouvez apercevoir de la vaseline…A quoi qu’est ce que donc que ça pourrait me servir?  je ne préfère pas m’imaginer le message subliminal et graveleux qu’ils veulent me faire passer. Oui je me fais avoir depuis deux jours, et alors!?…

 

Entre deux avions, je réalise que mon téléphone ne fonctionne pas à l’étranger. ..oh un détail mais pour les urgences ça peut être gênant.  Et puis me faire parvenir des bagages sachant que je n’ai pas de domicile ici ni téléphone qui fonctionne… peut être qu’avec des signaux de fumée on s’en sortira….

Normalement « l’echange » aura lieu sur les docks! Au port de Honningsvag…

Au final, 30 mai, 15h45 Bien arrivée à Tromso! Accompagnée par Krishna, une doctorante indienne avec qui on refait le monde dans l’avion et allons au centre.

allez1.jpg

En image ça donne ça,  et encore je crois que j’ai plus tous les billets, je m’embêtais plus avec ça vu que même quand j’en avais un je n’avais pas l’avion!

Et en heures, ça fait 48 heures dans les aeroports,  voire 72h si je n’étais pas restée sur Lyon. ..!

 

J’écris du bateau qui vogue sur toute la côte norvegienne, pour moi ce sera Tromso Honningsvag, l’impression d’être Rose sur le Titanic, en moins dramatique car aucun risque de perdre James à l’eau…

allez3.jpg

allez4.jpgallez5.jpg

20160530_214455.jpg

14 heures de traversée le long des fjords, je vais essayer de ne pas fermer l’oeil, de toute facon ce serait un crime devant ces paysages, et meme malgré mes 4 heures de sommeil en 48 heures. L’instant est magique, de plus le soleil m’accompagne non stop désormais. La vie est belle.

20160530_231459.jpg

(Photo prise à 23h00)

J’ai au moins le tiers de l’âge des autres passagers mais on regarde tous dans la même direction, alors on se comprend quand même! Peut être pensent ils à leurs rêves,  pendant que je réalise le mien.

Finalement il y a bien de la neige sur toutes les cimes des montagnes, il caille, et prendre des photos d’exterieur est digne des reportages Nicolas Hulot dans la pampa, mais c’est le beau cadeau d’un début de voyage qui pourrait se traduire en « plus c’est long plus c’est bon ».

Je répète un nombre infini de fois, « non mais c’est pas possible comme c’est beau… » la main devant la bouche, c’est vrai je ne crois pas à ce que je vois…mais trop contente.

Le fait d’avoir traversé ces petites péripéties me poussent encore à penser que qui ne tente rien n’a rien, et qu’il n’y a rien d’impossible.

 

Et bon lundi!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s