Jour 32 Trondheim – Viggja

On s’est donne rendez vous avec Marzena en ville pour petit dej a 9h00, elle prend son avion pour la Pologne l’apres midi. La fin des vacances pour elle. Elle aimerait etre a ma place pour avoir plus de temps, comme j’enviais egalement les personnes rencontrees l’annee derniere en route qui n’avaient pas de date de retour… je lui dis que ce sera peut etre son tour l’annee prochain qui sait ! Elle va se renseigner si le conge sabbatique existe en Pologne !

Je remercie Vincent avant de partir, il a fini avant hier son post doc de deux ans en Norvege, il s’apprete a se lancer egalement dans un voyage a velo jusqu’a Bergen dans un premier temps, puis jusqu’a la France si tout se passe bien, il a envie de se prendre un peu de temps pour lui egalement et experimenter l’aventure !

Je rejoins Marzena dans une eglise pres de celle de Nidaros, ils offrent le petit dejeuner, et le diner, et ouvrent meme l’eglise deux nuits par semaine pour les personnes qui souhaitent en beneficier. Les sans abris, les touristes, les pelerins, tout le monde est bienvenu. La benevole est adorable. Peu de sans abris dans cette ville ou on atteint de toute facon des temperatures de moins vingt degres en hiver, le tissu associative est probablement efficace. Peu de clivage economique egalement entre les personnes.

Nous ressortons apres un bon cafe, ou je laisse toutes mes piecettes d’euros dans l’urne en echange, en sortant je vois que nous etions juste en face du starbucks, c’est ironique.

On se dit au revoir et bonne chance pour la suite avec Marzena.

Je me dirige pour ma part vers un magasin de sport type vieux campeur pour trouver un matelas auto gonflant, le mien, sortant de decathlon n’est pas tres efficace finalement. Le premier jour, en dormant sur le cote, je me reveille brutalement en ne sentant plus ma main, puis mon bras, la trouille ! En pleine nuit ca fait flipper, et si je ne me reveillais pas ca donnait quoi…..!? Du coup oblige de s’endormir sur le dos, et apres un mois je realise que je n’ai meme plus besoin de le degonfler le matin, il est deja tout raplapla….

Je m’en trouve un, beaucoup plus compact, soit disant tres confortable, un must dans le milieu…., le prix est pas mal non plus mais ce sera mon cadeau d’anniversaire en avance…

Le vendeur est lui aussi fort agreable…a regarder….

Je repars pour quitter la ville, mais c’est encore la fete dans le centre….ah je reste encore un peu…, c’est l’arrivee d’une course relais de 4 jours avec 200 equipes qui sont parties de Suede.
Et un concert s’annonce, je reste, mes batteries sociales se rechargent avec le monde et la musique live, la batterie, la basse, la guitare, et la voix j’adore, c’est la vie a l’etat pure. La musique live me manque beaucoup… c’est un groupe suedois, sur la scene ils sont tous blonds…

D’habitude arriver en ville pour un cyclovoyageur c’est d’abord un objectif, une etape, l’espoir aussi  d’une sociabilisation retrouvee mais c’est aussi se confronter de nouveau aux pots d’echappements, aux klaxons, au goudron cachant la foret qui n’est plus, bref c’est parfois tres negatif de retrouver l’activite stressante d’une ville quand on a passe pas mal de temps dans la nature. Les gens sont stresses et pressent le pas sans se regarder, on est oblige de trouver de vrais toilettes, payer pour boire de l’eau, ne pas s’assoir sur l’herbe fraichement coupee etc

Mais Trondheim ne m’a pas fait cet effet la, c’est une ville qui n’est pas asphyxiee ni asphyxiante.
Je repars quand meme en debut d’apres midi, tout doucement, j’ai encore tellement envie de dormir, je baille aux corneilles sur le velo. le vent de face est fort, je pedale dans le vent c’est le cas de le dire.

a la sortie de la ville, que j’ai quitte sans prendre de l’eau, en touriste…. Je casse la bride de ma sacoche avant gauche, puis  me trompe de chemin, bref la fatigue… je passe par les champs pour rattraper apres avoir eu l’accord du proprio qui tient a me redonner de l’eau fraiche, et ne comprend pas pourquoi je ne suis pas a Paris en ces jours de fete…!? passer par les chemins me fait trop penser au VTT et j’ai beau pedaler toute la journee, eh ben ca me manque trop….!!!

je m’arrete apres seulement 40 km  j’ai trop envie de poser ma tente et de dormir…et tester ce nouveau matelas. je m’arrete donc a Viggja, en plein milieu de la ville ou je trouve un terrain a l’abri des regards, des la tente montee il commence a pleuvoir, j’ai bien fait de m’ecouter, je pensais prendre du temps pour lire et ecrire mais je m’endors direct a 21h00, sans prendre la peine de cuisiner….

Je commence a sentir le contrecoup de tout ce mois sans s’arreter, la fatigue s’ecroule sur moi et m’enpeche d’avancer. C’est aussi bizarre de repartir seule, d’alterner  la solitude les rencontes et les separations, pas facile a gerer, les emotions se bousculent mais ca aide a mieux se connaitre et motive a s’ecouter un peu plus, savoir que quand la fatigue est la, ce n’est en general pas le moment pour se poser des questions « Mais pourquoi je suis la…?! », prendre des decisions ou faire des changement de programme, il faut s’arreter pour se poser et reprendre de l’energie.

I left Ttrondheim at lunch after breakfast with Marzena in the church near St Olav square, she has her flight back to Poland in the afternoon. Holidays are already finished for her, but maybe she will think so much of a non ending riding that she will be back on the road next year as I do.

i then buy a new matress to the sport shop in city center, mine was completely cheap and unusable after one month. I am eager to try it and see if i have now really good night !

I enjoyed Trondheim as it is a lively and peaceful city, not a too big and stressing one. I liked the pace and the energy. I leave the place slowly, i still feel so tired, i have got front wind and i stop only after 40 km in Viggja where i found a hidden place right in the city center, tomorrow is sunday, nobody would come… i fall asleep without cooking, I suppose tireness and suddenly the coming back of loneliness makes me feel weird and it is better to sleep than asking myself now question such as « Why am I here….?! »

 

DSC_0229DSC_0230DSC_0235DSC_0236DSC_0239DSC_0240DSC_0242DSC_0243DSC_0246

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s