jour 59 Osa – La foret…

petit dej dans ma tente, je me suis laissée aller à une grass mat. on est vraiment trempés mais pour une fois, je n’ai pas de bagage à faire, pas de velo a remonter etc. c’est un peu les vacances, comme pour eux. en plus ils gèrent la cuisine alors je n’ai presque pas à m’occuper de moi non plus, c’est bien de ne pas etre son propre guide, son propre responsable pour quelques jours, et de se laisser guider par les autres.

la pluie ne cesse quasiment jamais, on hésite à rendre les canoés en fin de journée et arrêter l’aventure plus tôt que prévu, faire du feu un jour c’est rigolo mais passer ses vacances trempé, dans le froid ça l’est moins. Pour moi ça m’est presque égal j’ai eu des rayons de soleil en Norvège donc pas de pression, mais pour eux qui sont là une semaine seulement le souvenir est bof et ne ressemble pas du tout aux brochures avec ciel bleu en arrière plan !

Ils sont de bonne compagnie, faciles à vivre en pleine nature, Simon me fait considérablement penser au personnage de Jules Verne, Hans, un homme solide qui sait tout faire dans la nature et qui résiste aux éléments. Alex, lui est incomparable, un faux air de Jim Carrey qui fait que n’importe quelle mauvaise blague sera quand meme drole quand il la raconte. Pendant 2 jours c’est un carré de ciel bleu dans le ciel nuageux norvégien, c’est un bijou à lui tout seul. une personne qui sans le savoir répand le bonheur autour de lui, une bulle de positif et d’énergie dont j’avais pile besoin à ce moment là. Son éclat de rire est franc et généreux, ce qui fait que je ne peux m’enpêcher de rire, de sourire, voire de glousser dès qu’il sort une phrase. Il maitrise bien l’art de la parole et je prend plaisir à l’observer et à l’écouter, des garcons intelligents, ce n’est pas si souvent, encore moins bourrés de charisme et d’aisance relationnelle, avec des yeux bleus à tomber. Non ça n’arrive pas souvent…! bref j’ai l’impression de m’écouter quand il parle ou d’avoir parfois les mêmes attitudes, c’est plaisant.

Mais le moral des troupes n’est pas très haut quand on pagaie sous la pluie, toujours trempés, de mon côté j’espère que mon appareil photo n’aura pas trop mal vécu la nuit dans le canoé, mais c’est un dur il va s’en remettre… nous sommes sur « le chemin du retour » on s’arrête au sec dans notre forêt sacrée, que l’on n’a pas baptisée mais on aurait pu lui donner un nom sympa, après le repas nous décidons de planter les tentes pour au moins être au sec et ne repartir que demain matin, 1h de pagaie, le ciel nous laissera peut être cette fenêtre pour rentrer…

nous mangeons vers 23h00 à la frontale, demain sera le dernier jour de « l’aventure les pieds mouillés » et c’est tant mieux !

DSC_0482DSC_0485DSC_0492DSC_0493DSC_0494DSC_0496DSC_0498

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s