Jour 61 Ullensvang – Stordalsvatnet

j’ai de la chance je quitte le campement à peu près au sec, cependant je n’ai plus grand chose en vetements secs, et mes chaussures de rando ressemblent plus à deux aquariums qu’à des chaussures, je roule avec mes chaussures en toile, trempées elles aussi mais vu qu’il va pleuvoir pendant quelques jours sur cette partie du pays, essayer de sécher quoi que ce soit serait vain.

Je passe le village d’ou commence la rando pour voir la Trolltunga, la langue du troll, cette fameuse pierre qui s’avance dans le vide au dessus des fjords. c’est une rando de 8 à 10h aller retour, le temps est incertain, et mes chaussures glisseraient trop pour me lancer sur cette rando, je ne la verrais donc pas !
je passe ensuite la ville de Odda, qui se trouve entre les glaciers de Folgfonna d’un côté et le parc Hardanger de l’autre, depuis la route j’ai la vue à plusieurs reprises sur les bras du glacier qui est immense.

du côté montagne, au bord de la route, plusieurs cascades gigantesques rajoutent une couche à la pluie pour que je finisse complètement trempée mais je continue à avancer, on ne sait jamais, si le beau temps est derrière cette montagne !?

je m’arrête vers Skare, ou la pluie bat son plein, je fais une pause au sec, et je croise Luc, un Bruxellois parti il y a 20 jours en vélo et qui finit son périple à Odda en fin de journée. Cette rencontre tombe à point nommé car vu le mauvais temps, et le passage du col qui m’aurait attendu, je décide en discutant avec lui de changer ma route. Plutot que de passer le col, quasiment sous la neige qui ne serait sans doute pas loin de tomber et donc de suivre la route pour le sud, pour Stavanger, je pars plus à l’ouest en direction de Haugesund, j’aurai ensuite encore le choix de redescendre sur Stavanger sans passer par Haugesund. le problème de ces deux villes c’est qu’elles sont presque détachées du continent, elles ne tiennent que par des tunnels sous marins gigantesques (Stavanger étant la ville du pétrole), ou des ferrys longs et couteux. Je préfère accèder à Stavanger par les terres.

La route est plutot plate, je ne regrette pas mon choix, je remonte une rivière puis une longue descente qui fait plaisir, je ne sais pas vraiment d’ou elle vient car je n’ai pas eu l’impression de monter à un moment mais bon. pas mal de tunnels interdits aux vélos, mais j’ai toujours une petite route, en général « l’ancienne route » qui me permet de le contourner, l’avantage c’est la vue car elle est à flanc de montagne, au bord du fjord, l’inconvénient c’est la pluie…

je refais un stop au sec vers 17H, la pluie est plus importante, et je désespère un peu quand je regarde les prévisions météo qui sont identiques pour demain tout autour de moi. Il fait à peine 10 degrés, les norvégiens eux s’arrêtent tous pour manger une glace…. décidément je ne les comprends pas…

je commence à demander pour dormir dans le restau ou je suis arreté, la proprio me conseille un camping 10km plus loin, autant dire que si je fais un pas dehors je serais trempée alors 10km c’est déjà bien assez loin. Une des employés se propose de m’y emmener avec son van, donc avec le vélo !

on passe le tunnel et le temps est plus clair, je lui demande finalement de me laisser là, je reprends la route jusqu’à ce que je retrouve la pluie il faut que j’avance.

je trouve un emplacement sympa, pluvieux mais sympa après 80km honorables vu le temps.

DSC_0517DSC_0519DSC_0520DSC_0522DSC_0527DSC_0530DSC_0533

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s