jour 62 Stordalsvatnet – Haugesund

Ou de la chasse a la limace a l’oreiller en plume…
j’ai eu la visite d’un animal pendant la nuit, j’ai entendu le rechaud se faire un peu bousculer et ai aperçu une forme sombre, je n’ai plus bougé pendant 5 minutes et j’ai également préféré ne pas voir ce que c’était ! mais après la curiosité m’aurait bien motivé à savoir ce que c’était. La ou je suis il n’y a pas de chat, pas de chien on ne les croise jamais qui trainent dans les campagnes. Je suis au bord de l’eau alors peut etre une loutre car il y en a beaucoup ici. bref je ne saurai pas.

je chasse la limace dès le matin, en les traitant de tous les noms ça me défoule et me donne du courage pour les déloger dans tous les recoins ou elles onttrouvé refuge durant la nuit.

je mets du temps à partir, levée vers 6h30, c’est le seul moment ou il ne pleuvait pas dommage je ne pars pas sans me faire du café, et idéalement plier les affaires avec un peu d’ordre.

je laisse la pluie se montrer puis je pars, car ça ne passera pas, et plus loin c’est le meme temps alors autant y aller et avancer.
j’hésite à aller à Haugesund ou directement à Stavanger. je contacte les personnes qui pourraient m’héberger sur Haugesund, l’une est en vacances, l’autre est enjouée de me recevoir ce soir ! alors sans hésiter, ce soir je dors au sec à haugesund, rien ne pourrait me démotiver et je roule avec un grand sourire en direction de la côte. c’est presque du pédalo vu la pluie qui s’abat par moment mais peu importe.

Arrivee a hauhesund je traverse finalement deux grands parcs aux abords de la ville ou j’aurai pu camper, oh oh d’un coup je realise que ma derniere nuit dans la nature en Norvege etait sans doute cette nuit, je suis un peu nostalgique de quitter la Norvège, j’ai l’impression que c’est la fin de quelquechose qui pourrait finalement durer encore un peu si je le voulais.

J’ai un peu de mal à trouver la maison de mon hôte je tourne dans le quartier et une habitante vient à ma renconte, nous discutons vélo, elle insiste pour que si j’ai besoin de quoi que ce soit je peux toquer à sa porte n’importe quand…. sympa. elle m’indique également ou habite Anny qu’elle connait de nom.

Je sonne a la porte, quand elle ouvre je realise que je ne me souvenais plus du tout a quoi elle ressemblait, je me l’etais imaginee autrement, j’avais reconstruit son visage avec celui de mes proches de son age… nous nous saluons quand meme avec une grande accolade, elle ne parle pas beaucoup anglais, mais sa générosité se traduit quand meme dans son sourire, c’est ce que j’avais retenu de notre furtive rencontre de 15minutes au ferry pour l’ile de Vega il y a plus d’un mois. Elle m’avait laissé ses contacts et proposé de m’héberger.

Ses enfants sont dans la meme tranche d’age que moi, je me sens comme à la maison.

je passe pas mal de temps sur internet à trouver les meilleurs prix des vols pour l’Ecosse depuis Stavanger que je dois rejoindre demain. Finalement j’irai en bus car les tunnels sont interdits aux vélos.

Je m’endors confirtablement dans une couette a l’effigie de Winnih l’ourson, j’adore !

DSC_0534DSC_0536

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s