Jour 64 Haugesund – Stavanger

petite victoire sur le petit dej qui cette fois se fait à la française !

Je salue Anne, la fille, et pars en vélo jusqu’à l’arrêt de bus en ville avec Anny qui me montre le chemin sur son vélo également ! Elle est adorable, elle a pris en charge la première partie du billet sans me le dire, et essaie de négocier le prix du vélo dans le bus avec le chauffeur, en vain. Faire Haugesund Stavanger en bus avec le vélo me coute plus cher qu’un ferry pour le Danemark… et tout ça à cause des tunnels sous marins. Dès lors qu’ils contruisent un tunnel, les lignes de ferry s’arrêtent, il n’y a alors plus de moyen de traverser si on est piéton ou en vélo, sinon de payer….ou de nager…!?

J’arrive en plein centre de Stavanger sous la pluie mais je me réfugie à l’abri à la bibliothèque. J’ai un contact en ville, le restaurant Egget ou Antoine et Benoit travaillent. C’est Kévin le français rencontré à Valldal qui m’avait donné leur contact, rencontrés lors de la finale de l’euro, il avait fini par être hébergé par un des deux français. De mon côté, je lui avais aussi donné l’adresse de l’église de Trondheim pour dormir.

J’ai contacté en amont Erick, un cyclo norvégien qui m’avait proposé de m’héberger lorsque j’atteindrais Stavanger, cependant il est dans sa maison d’été bien en dehors de la ville.

Jess, la rideuse rencontrée sur le ferry avant Alesund, dont elle avait pris en charge le billet m’a également contacté et proposé de m’héberger, elle habite cependant à 30 km au sud de la ville, j’irai probablement demain. Elle m’a retrouvé en tapant Marlene Vélo Norvège….dans Google…

Je me rends également jusqu’au magasin de vélo à qui on avait téléphoné la veille, ils me l’ont bien mis de côté.

je reviens ensuite en ville pour flaner, le port est vivant, une lignée de bars attend la fin de la journée pour que l’ambiance monte. Je passe également devant l’attraction de la ville, le musée du pétrole, qui apparemment vaut le détour mais je n’irai pas. Je suis moins tranquille à laisser mon vélo n’importe ou ici car c’est une ville, une vraie, comme je n’en avais pas croisé depuis longtemps… !

je rencontre ensuite Benoit au restaurant Egget, il me donne son adresse et m’indique que je peux y aller quand je veux, tout est ouvert, un petit coucou à la proprio du 1er étage avec le mot magique « Je suis une amie de Benoit » et le tour est joué… !

Arrivée chez lui je fais comme chez moi…. j’ai hâte de discuter avec Benoit après son service, l’appartement est sobrement décoré mais il y a quand même des bouquins sur la randonnée, un drapeau Unicef pendu au mur et un atlas géographique du monde aux dimensions hors normes sur la table. J’aime !
je reste scotchée à ma tablette à la recherche des vols au meilleur prix. Finalement le vol Stavanger Aberdeen s’avère être deux à trois fois plus cher que prévu, alors je compare avec un arrêt par l’Islande…?

Depuis le début de mon voyage j’entends parler de l’Islande plusieurs fois par jour, pleins de signes qui me poussent à y aller. En ville, je suis tombée en face d’un bar appelé Le Philéas Fogg, à l’intérieur une décoration à la Jules Verne avec même un salon du Reform Club. Bref l’Islande est à tous mes coins de rues…

J’ai trop envie d’y aller mais n’arrive pas à appuyer sur le clic de la réservation pour pleins de petites raisons qui ne trahissent en fait qu’une peur de la bâcler. Comme raison d’y aller, l’Islande mérite mieux qu’un « c’était à peine plus cher que l’ Ecosse! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s