jour 79 Hella – Le campement glacial

Départ à 9h du bus de Hella pour rejoindre le camp de base Landmanalaugar. Le trajet dure 2 heures et n’est quasiment que de la piste avec quelques passages à gué que le bus 4×4 négocie très bien, il roule à pleine allure, le chauffeur est pilote ! Nous traversons les abors du volcan Hekla, des étendues de terre noire, ou la végétation subsiste tout de meme avec des dégradés de vert intense.

Au bord de la route des cyclos courageux, courageuses en fait ! deux filles avec des vélos qui n’ont meme pas de pneu VTT, j’aurai envie de descendre et les encourager en leur disant de ne rien lacher !

Nous arrivons au camp, nous avons croisé quelques 4×4, des vrais, mais quelques Jimny ont également réussi à atteindre le site par une autre route. Avec notre pneu crevé sur le parking, nous ne voulions pas tenter la piste de nuit la veille sans autre roue de secours ! Voila comment louer une voiture que tu laisses sur un parking pendant 3 jours et payer en plus un bus pour te déplacer…. L’industrie du tourisme a tout compris…

A camp de base, on fait un peu les malins, en s’imaginant au pied d’un Everest 8 fois plus petit, malgré tout ! Les payasages sont déjà exceptionnels, la palette de couleurs est entièrement étalée sur les montagnes, ce que retient les touristes c’est surtout le vert, auquel on ne s’attend pas à voir au pied des volcans, mais tout simplement en Islande. Et pourtant il est bien plus vert que certains endroits plus fertiles en Europe. Les montagnes sont ocres, rougeoyantes, grises, vertes. L’eau des geyser et sources d’eau chaudes sont bleus, et nous sommes très chanceux, le ciel est également bleu et devriazt l’etre pour 3 jours ! Peu de monde a e la chance de faire cette rando par ce temps. On a une chance incroyable.

Les sac sont un peu lourd surtout le mien, qui a le plus gros, qui est plus équipé, mais je suis contente de faire un trek sur plusieurs jours car je n’ai pas encore eu l’occasin de le faire. La rando fait 56 km et peu de dénivelé, que nous allons tenter de faire sur 2 jours pour ne pas perdre trop de temps sur les vacances de Camille, Jean Julien et Laurent. Il est ensuite possible de rajouter 22 km pour rejoindre Skogar, qui se trouve sur la route principale de l’Islande, le Circle. Nos jambes nous diront si nous continuons ou non.

Les paysages sont magnifiques mas surtout grandioses, les couleurs sont belles, la formation des montagnes est harmonieuse, la nature a créé une carte postale dans laquelle nous marchons. Et la grandeur de l’horizon est fou, ce ne sont pas tant les hauteurs qui coupent le souffle, mais la profondeur, ainsi que la diversité.

Je croise le couple de Scandinvelo qui partait faire le trek aussi quand je les avais croisés au camping. J’échange quelques mots avec leur amie, et évoquons le camping sauvage, qui m’irait bien pour ne pas payer 15 euros juste pour poser la tente la ou te dit de la mettre. Dans les refuges sur le trek, pas de cuisine, les douches sont payantes, et les terrains ne sont pas follichons, bref il ne servent qu’à ceux qui veulent payer.

Sans m’inposer, j’essaie quand meme de perpétuer mon mode de vie avec le groupe, c’est à dire camping sauvage, pates au réchaud, de toute façon je suis déjà hors budget alors maintenant faut sauver les meubles… Nous campons en haut d’une montagne, dont je découvvrirais après avoir monté les tentes qu’elle était tout de même à 940m d’altitude, qui nous donne une vue incroybale sur un panorama avec un glacier à notre gauche, le lac en fond de vallée ou se trouve le refuge, et quelques montagnes sur la droite, bref une vue incroyable. La journée a été clémente avec nous, et presque aucun nuage n’a caché le soleil de la journée, nous avons randonné de 12h30 jusqu’à 19h00 sans problème et aurions pu continuer encore. Le couche de soleil est beau vers 22h00 mais il est glacial, nous faisons tourner la gamelle de café en tremblotant tout en haut de notre montagne.

Puis, le soleil n’ayant pas encore dit son dernier mot à l’ouest, c’est la pleine lune à l’est qui sort de son lit. C’est trop beau, elle éclaire la vallée et se cache derrière les nuages de temps en temps. Avec le vent, on frise sans hésitation les 0 degré, étant déjà malade, je ne risque qu’une tete en dehors de la tente pour au moins capter l’image de cet instant mais passe à côté de supers clichés c’est sur. Je ne dormirais pas de la nuit, en pensant à tous ces clichés et ces images à côté deslequelles je passe alors que nous sommes à un endroit où tant de monde souhaiterait être, dans ces conditions…

Nous dormons tous peniblement, le spot était beau pour la vue mais pas pour le vent !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s