Jour 82 Vik – Hofn

On démarre encore un peu tardivement, le temps ne donne pas envie de mettre le nez dehors, le vent est très fort.

Au programme, pas mal de voiture, avec quelques stops en route. Nous partons en payant que partiellement le camping, une tente sur deux. La veille nous sommes encore arrivés a 22h, nous n’utilisons pas les douches ou autre du camping donc bon….

Nous nous arretons juste à cote de Vik à la plage de Dyrholaey, plage de sable gris, avec le ciel ennuagé, les photos ont l’impression d’etre en noir et blanc directement. Des colonnes basaltiques ont formé des falaises et une immense grotte au bord de la plage, et surprise, des nuées de macareux virevoltent au dessus de nous, et nichent dans ces falaises. Les macareux sont ces oiseaux noirs et blancs avec un bec orange, nous avions des spots en Norvège pour les voir avec Heidi mais nous n’avions pas trop eu l’occasion d’en voir, il fallait payer pour faire un safari en bateau etc, la ils sont juste au dessus de nous ! J’ai une petite pensee pour elle !

Nous continuons ensuite la route et traversons de grandes etendues desertes de lave recouvertes parfois de mousse, pas mal de trajet que j’ai du mal a encaisser, la route a beau etre droite et j’ai le nez rive au pare brise mais c’est beaucoup de voiture d’un coup ! Dans la Jimny trois portes, Les garcons devant s’échangent le volant de temps en temps, et les filles, nous sommes calees entre deux valises à l’arrière, nous épluchons les guides au fur et a mesure de la route pour indiquer les meilleurs stops ou les pistes à prendre. Une combinaison qui fonctionne ! On compare les etoiles du guide michelin, les bonnes adresses du lonely planet et recoupons l’info avec le guide du routard que j’avais trouve au camping de Reykjavik. En echange, et pour me delester j’y ai laissé ce qui a ete ma bible durant deux mois, mon guide de la Norvege, j’espere qu’il fera des heureux !

Sur la route, nous klaxonnons a chaque cyclo, que Jean Ju qualifie de « les potes a Marlene ».

Nous hésitons à prendre les pistes de terres, car le Jimny n’a pas des pneus de folie et n’a surtout plus de roue de secours ! Nous n’allons donc pas voir le site volcanique Laki. Nous restons sur la route principale qui fait le tour de l’ile, la numero 1 qui est majoritairement gourdonnee mais qui parfois se transforme en chemin de terre sur certaines portions, a chaque fois on retient un peu notre souffle pour ne pas crever. Au bord de la route s’etend a un moment un petit champ de cairns, ces petits tas de cailloux qui indiquent les chemins en montagne. C’est en fait un lieu traditionnel ou chaque voyageur vient faire son cairn afin de proteger son voyage ! Nous en faisons un, en pensant fort au Jimny, pour qu’il tienne le coup jusqu’au bout du sejour.

En dehors de Reykjavik, le pays semble être un désert, pas une seule habitation, quand un village est indiqué sur la carte, il y a en fait 120 habitants en moyenne. Pour les cyclos, il faut penser a s’approvisionner pour 3 a 4 jours, et en cas de vent il n’y a rien pour s’abriter, pas d’arbre, pas d’abri de bus.

Nous mangeons vers le site de la cascade de Svartifoss, une cascade noire, car elle est en fond d’orgues basaltiques. Personnellement les cascades ne m’emeuvent plus du tout mais bon. Je mange en boite de conserve froide mais me regale, Jean Ju, Laurent et Camille se font des sandwichs fromage saucisson. On echange sur mon aventure jusque la, dont ils ne connaissent quasiment rien du tout, ils ont eux aussi du mal a situer le cap Nord. Mais meme si j’ai l’air d’etre en galere en ne mangeant que des trucs simples et en dormant en tente, je crois que les regles de la physiques n’ont pas encore demontré que les paysages sont plus beaux quand on mange au restaurant et qu’on dort dans un vrai lit…

Sur la route, nous nous arretons enfin a Jokulsarlon, c’est un lac formee par une des langues glaciaires du plus gros glaciers islandais, on change de monde. Devant nous des blocs de glace aux reflets bleutés (des icebergs !?) Flottent sur un lac qui parait glacial, en arriere plan le glacier Vatnajokull. C’est le plus gors glacier d’Islande, qui a la taille de la Corse.

Nous mangeons un burger sur le port a Hofn et plantons la tente au camping, il est encore plus de 22h00, Laurent lui decide de faire corps avec le Jimny et dormir dedans pour eviter de monter la tente.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s