Jour 88 Borgarnes – Reykjavik

Nous commencons la journee par un cafe, gratuit bien sur, grace au badge qui accompagne les cles de la voiture de location, bon a savoir, ce badge permet d’avoir des reductions sur le carburant et des cafés gratuits dans toutes les stations de la marque Olis.

Il fait trop beau, un ciel bleu et un soleil qui nous rechauffe !

Nous n’avons pas trop de plan pour la journée, mais surement un retour sur Reykjavik. Les garcons ont un vol demain soir, de mon coté ca me fera passer encore 3 jours au camping mais je les suis, il faut que je prepare le vol pour l’Ecosse, c’est a dire récupérer le vélo chez la famille bulgare, remettre petit velo dans un carton etc…

Après une pause déjeuner près du golf nous nous posons au camping en début d’apres midi. Les garcons dorment dans la voiture, il y fait froid et n’ont pas de duvet assez chaud, de mon cote je ne monte pas la tente tout de suite, j’attendrais ce soir pour ne pas me prendre de « PV » !

Nous nous promenons dans Reykjavik, il n’y a pas grand chose à découvrir de plus. Je leur sers de guide car j’avais arpenté la ville pendant trois jours alors j’ai quelques repères ! On lit en terrasse au soleil, puis nous prenons quelques bières et allons les boire, toujours au soleil, sur la place devant le parlement. L’alcool se consomme avec parcimonie pour les touristes en Islande, on ne trouve aucun alcool en supermarché, il faut aller dans les magasins spécialisés, qui ont des horaires limités, et payer ensuite 3 euros sa cannette de bière ou 40 euros les 75cl de vodka…. !

Dans le parc, nous ne sommes pas les seuls à consommer sur la place, quelques buveurs réguliers nous font face sur leur banc. Entre boire en manger ils ont plutot choisi de se rafraichir ! toute la journée, et probablement tous les jours ! 

La biere la moins chere nous ennivre doucement mais surement et partons dans des discussions qui n’ont de sens que pour nous, et qu’a ce moment ou nous les avons. Erich et Max sont intrinsequement differents et partent pour chaque sujet dans des debats sans fin. Pour ma part, je prends le temps de ne rien faire, les coups de pédale norvégiens me semblent bien loin désormais

Nous flanons et prenons un burger en ville, je reflechis a deux fois, je recompte mon pécule restant dans le porte monnaie et compte les jours qui me restent à tenir dans la capitale avec ce qui me reste. Ce soir c’est ou je mange un burger ou je paie le camping… je penche pour le burger… c’est dur de résister quand les personnes autour de vous mangent ou boivent, et que vous non. Les garcons débattent encore sans cesse au resto. Erich est une personne réfléchie et n’a pas l’enthousiasme enfantin de Max. Ce dernier agit et réfléchit ensuite, tandis qu’Erich réfléchit pour décider s’il fait ou non…

Erich préfère rentrer au camping, Nous décidons avec Max de rester en ville, car le coucher de soleil a l’air top, et que nous sommes samedi soir, c’est son dernier soir, et probablement le dernier pour moi aussi en ville, je ne me vois pas revenir trainer en ville dimanche ou lundi soir ! nous nous retrouvons au Dubliner, comme lors de mon premier soir, nous ne sommes pas autant ennivrés que les islandais, pour cause on a plus un sou en poche. Mais cela ne nous empeche pas de nous melanger aux autochtones et les suivons ensuite dans un pub dansant, qui n’est autre que l’American bar, la ou j’avais également fini le premier soir ! Les islandais avec qui nous sommes fetent leur dernier jour de travail, un job d’été à la fonderie d’aluminium du coin… On aborde notamment un sujet drole mais pas tant pour eux. Les islandais sont tous cousins à un certain degré étant donné que le pays ne comptent que 300 000  habitants. Du coup une application a été développée spécialement pour eux pour savoir si telle personne est un cousin ou non, et à quel degré, ils s’en servent notamment avant de sortir avec quelqu’un…

On reste un peu dans les rues, il ne fait pas si froid, meme si à Reykjavik c’est la mode du bonnet toute l’année ! On s’amuse à regarder la débauche des soirées islandaises, sans être trop déjantés, les rues piétonnes se transforment quand meme chaque week end en terrain de jeu pour jeunes alcoolisés. Si vous souhaitez vous promener tranquillement et romantiquement avec votre dulcinée, ce n’est pas l’endroit adapté !

on rentre au camping, heureusement je connais le chemin. Evidemment le burger à 2000 couronnes n’était pas suffisant pour tenir au ventre toute une nuit blanche, du coup nous cuisinons, mangeons au chaud dans la salle des machines à laver ou quelques sacs de couchage à meme le sol renferment quelques frileux qui n’ont pas voulu dormir dans la tente, ou alors n’ont pas payé le camping eux non plus.

Max rejoint Erich pour dormir dans la voiture, perso je veille encore jusqu’au matin, je ne vais pas monter une tente pour dormir trois heures ! et en plus j’économise la nuit, nikel. Je trie les photos, je mets à jour le blog, bref je m’occupe ! la fatigue me gagne mais sans trop…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s