Jour 95 – Dee river side – Bout du monde ?

Je quitte mon campement nid des abeilles sans encombre ! et prend la route jusqu’à Braemar qui n’est qu’à 7km, ou plutot 5 miles environ.

Je laisse mon velo dans un magasin de velo et visite un peu le village à pied. Il y a pas mal de monde, nous sommes samedi, et la Reine ainsi que la famille royale seront présents vers 15h, tout le monde le sait, elle vient chaque année faire un petit tour, toujours le 1er samedi du mois de septembre à Braemar pour la finale des Highland games.

Avant d’entrer dans « l’arène » des jeux, je vois défiler les fanfares des différents contés qui participent. 

Je suis émue par ce spectacle, il y a 3 jours à peine j’étais encore en Islande et me voilà plongée dans le coeur de l’Ecosse avec le summum de leur tradition, fanfare de cornemuse en kilt ! Je sais que j’ai de la chance d’être là, beaucoup de chance, et c’est beau !

De nombreux visiteurs ont également revêtu leur habit traditionnel, le kilt ! et je les suis pour aller voir à quoi ressemblent ces fameux Highland games. Ils existent depuis plus de 1000 ans et rassemblent les jeunes les plus vaillants de l’Ecosse, dont souvent des Tartans. Au menu des épreuves comme le lancer de poutre, le lancer de poids en longueur et en hauteur, tir à la corde, etc, en bref des gros nounours en kilt, sponsorisés par la marque de whisky locale Glenfidditch, qui  montrent comment ils sont costauds sous des petits tonnerres d’applaudissements. Les petits eux ont droit à des courses en sac. Des épreuves de course sont également organisées, comme la course « tu montes tout en haut de la montagne, tu fais coucou et tu redescend », et des courses de vitesse, ou une fois n’est pas coutume et c’est important de le souligner, ces épreuves sont mixtes ! Une scène avec des danses traditionnelles fait face à la chaise réservée à la Reine.

Le rassemblement de Braemar est le dernier de la saison, la finale. D’autres heux ont eu lieu tout l’été dans différents coins de l’Ecosse du nord.

La Reine arrive en meme temps que la pluie accompagnée de quelques autres membres de la famille royale. Le commentateur informe tout le monde que pour l’arrivée de la Reine, tout le monde doit cacher les parapluis, pour faire une jolie photo, et l’accompagner pour God Save the Queen.
Bon je la vois de loin mais c’est cool de la voir quand meme, un peu déçue que les ecossais ne chantent pas l’hymne tous en choeur, ça aurait été un moment fort…

Sitot arrivée, tout le monde s’en va  à cause de la pluie, c’est un peu comme le zoo, bon on l’a vu, on a pris une photo, on s’en va. Je fais de meme et m’abrite dans un bar pour recharger en électricité. Je discute avec des allemands en voyage aussi.La Reine ne tarde pas à passer sous mon nez ! dans sa voiture en direction de son chateau.

J’attends que la pluie s’arrete et lui fait suite, je reprend la route en sens inverse de ce matin pour repartir ensuite vers le nord. Je roule donc entre 17h et 19h30 ou il est à peu près l’heure de s’arreter à cause de la nuit qui arrive. J’ai emprunté la old military road, qui n’est pas beaucoup utilisée et monte un peu. Sur ma gauche un chemin qui part dans le centre du parc national, j’hésite à continuer sur la route me détourner et aller camper dans cette zone isolée. Finalement j’y vais, ça ressemble aus terres désertiques et froides du parc de Rondane en Norvège, ou meme parfois à l’Islande, qui donne un sentiment de bout du monde. J’avais lu que cette partie de l’Ecosse avait un climat subarctique, je ne suis donc pas surprise de retrouverces paysages, cependant je ne suis qu’à 400m de dénivelé ! et la végétation ne dépasse pas 10 cm !

Je m’engage dans le chemin, quitte le bruit du peu de voiture qu’il y a avait, le silence qui règne et le superbe coucher de soleil me convainquent d’établir le campement ici !!! Il n’y a pas un brin de vent, la température est correcte, un silence que j’ai rarement eu, car il n’y a pas un oiseau. Je me sens vraiment au milieu de rien, c’est trop top, je suis trop contente. Bon il n’y a que moi et…une petite centaine de midgies qui ne me permettent pas de rester en dehors de la tente plus de 5 minutes…

J’apprécie particulièrement ces premiers campements écossais, car l’environnement est moins hostile et beaucoup plus propice au campement sauvage, de plus la saison touristique est passée, il n’y a donc personne, et l’experience fait que je suis moins stressée par certaines choses, et sait apprécier de plus en plus le voyage à vélo.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s