Jour 96 Bout du monde… – Charlestown of Aberlour

Après moult hésitations, je décide de tenter de rejoindre Tomintoul par le chemin dans lequel je me suis engagé. pour l’instant c’est une route type 4×4, en petits graviers donc tout à fait praticable avec mon vélo, pour la suite je ne sais pas, au pire je ferai demi tour, mais au moins je suis le lit de la rivière Avon et évite une cote à 20 pourcents par la route goudronnée !

Je pédale de nouveau au milieu de rien, c’est trop agréable, encore une fois, seulement moi et la nature, bon et quelques dizaines de moutons qui détalent sur mon chemin. En tout cas c’est beau. L’Ecosse est le paradis du vtt, et la seule chose qui serait mieux qu’un voyage à vélo serait définitivement un voyage à vtt.je traverse quelques ruisseaux à gué mais rien d’impossible, je croise un vvtiste qui me rassure également sur l’étt du chemin plus loin, celui qui longe le lac, ou je devrais pousser un peu mais cce n’est pas très long. Il m’indique également que les prochaines traversées de rivières sont tout à fait accessibles, ce qui n’était pas le cas au moins de juin ou l’eau arrivait jusqu’au dessus du genou !

J’atteins Tomintoul, bien contente de ma petite escapade dans la nature, le village n’est pas très grand et s’étire tout au long d’une seule route seulement, nous sommes dimanche le soleil brille et malgré tout l’office de tourisme est ouvert et le gars est bien sympa. Je lui demande des infos sur la suite de mon itinéraire, car soit je repars vers le sud pour aller vers Aviemore, ou vers le nord via la Spey Side, la fameuse route du whisky ! Il me conseille plutot le nord, Aviemore étant plutot un lieu du tourisme, et le nord étant plus « l’Ecossee! ». Parfait, c’est reparti. Je fais un detour par le magasin de whisky ou les prix sont plus eleves qu’en France, ils o’t 72 pourcent de taxes en Ecosse…

Je m’arrete en route à la distillerie Glenlivet, en plein milieu des pres, ouverte avec des tours de visite gratuit le dimanche. Allez quelques infos sur le whisky…

Il est fait de trois ingredients, orge malté, levure et eau.

les produits qui en ressortent seront donc du whisky !!! et avec les restes on fait des granulés pour les vaches locales, ils ne contiendront que 1 à 2 degrés d’alcool mais ça suffit à faire le bonheur des vaches dans les prés écossais.

Lorsqu’on rentre dans une distillerie on sent plutot une odeur de pomme, ça ne sent pas vraiment le whisky. On melange d’abord l,orge malte et l’eau, puis on ajoute la levure pendant 3 jrs dans de grands tonneaux de 8m de haut faits en pin d,oregon. Ces tonneaux en fin d’utilisation sont ensuite recycles en maisons ! 

On mets tout ca en alambic pour purifier l’alcool et faire passer le liquude de 90 a 40 degres environ. Ensuite la Maturation en tonneau pendant au minimum 3 ans, ensuite chaque annee de maturation en plus on perd  2 pourcent par an du volume du tonneau d’ou le cout plus eleve des whisky de logue date ! La part quu s’en va est appela la part des anges.

Petit historique de la maison Glenlivet, elle a été fondée en 1824 et est née d’une distillerie à la base informelle, puis le fils du créateur a repris, puis son neveu, puis oups ce dernier a oublié de désigner quelqu’un dans son testament pour la reprise, résultat elle est mise en vente et c’est Pernot Ricard qui l’a reprend en 2001, d’ou un beau drapeau français qui flotte à l’entrée !
A la fin nous avons tous droit à la dégustation d’un verre, voire deux…Le guide nous indique également qu’il ne faut jamais mettre de la glace dans son whisly car cela tue le gout, il faut seulement y ajouter un peu d’eau. Personnellement je ne suis pas fan de whisky, voire je n’aime pas du tout ça, mais à sentir de plus près celui ci ça n’a évidemment pas l’odeur du Clan Campbell de boite de nuit alors je trempe les lèvres…

Sortie de la distillerie, le soleil est toujours là, je reprend la Speyside way qui est agréable et sur cette partie là est en fait un chemin en herbe qui borde la route, donc tout à fait praticable en VTC. De plus elle est idéale pour les marcheurs, vététistes et même motards amateurs de whisky, car dès qu’on sent la fameuse odeur d’une distillerie, hop on peut s’arrêter pour visiter et déguster ! il y en a une à peu près tous les 10 kilomètres… d’ou l’expression « Ca sent la distillerie à plein nez… ». Je cherche ensuite à camper, idéalement près d’une rivière pour laver des vêtements et moi par la meme occasion !

Je décide donc de mettre fin à cette magnifique journée de vélo à Charleston of Aberlour ou je compte camper sur les bords de la rivière Spey.

Je fais un petit tour dans le village, des cris attisent ma curiosité, un bar d’ou des chants, surement très romantiques émanent, il n’est que 18h30 et nous sommes dimanche… bon finalement les ambiances de village c’est partout pareil. Quelques jeunes pointent leur nez dans la rue et m’interpellent, mouai malgré les conseils de Julien et Agnieska j’ai pas trop envie d’aller au milieu des gens bourrés maintenant ! La fosse aux lions, pas pour ce soir !

Je fais quelques courses à la Co-operative food du coin, la caissière remise pleins d’articles en fin de validité, ça m’arrange ! mais ça me fait un peu de peine pour le reste qui va finir à la poubelle…

Je retourne ensuite sur les abords de la rivière planter mon campement, je n’ai jamais eu un campement aussi facile, pratique, beau, idéal ! Lessive, douche, je n’ajoute pas la peche meme si j’ai une épuisette à portée de main, elle fait surement partie des equipements publics ! pour choper le saumon que je vois cette fois ci, sauter à tout bout de champ de la rivière !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s