Jour 109 Mallaig – Lundy & Lochy rivers crosspoint

Nous partons tôt, très tôt, trop tôt pour moi!  7h ! le soleil se levant vers 6h58 !
C’est bien trop tôt pour moi mais Mark souhaite m’accompagner et rouler avec moi aujourd’hui, et prendre un train pour le retour, de plus il y a 100 km environ jusqu’au Bothy donc il vaut mieux commencer tot.

Le temps est mitigé, la beauté des paysages est donc un peu enfouie sous la brume, les nuages bas, …

J’ai toujours de la peine et de plus en plus dans les montées, Mark m’indique que peut etre l’axe de mon pédalier est cassé, ce qui ne m’enpeche pas de me servir du vélo mais qui me fait forcer beaucoup plus. Ah voilà une explication qui pourrait expliquer que je force comme en troisième plateau alors que je ne suis que sur le premier plateau, 1ere vitesse….

Les paquets de cookies continuent de s’écouler rapidement, en Norvège je mangeais meme directement des rouleaux de pate d’amande, meilleur rapport prix/calories ! pour affronter les cols… Les cookies sont quand meme meilleurs ! la faute à Franci qui en a fait son carburant en Norvège, et Erich et Max qui m’ont fait gouter aux cookies MacVities au caramel en Islande et que je retrouve dans les rayons ecossais…!

Mark me questionne beaucoup pendant que, les joues toutes rouges, le souffle court, je me liquefie en montant les cotes, ce qui me rappelle evidemment l’esprit scientifique de Thorsten qui aimait aussi beaucoup savoir pourquoi le ciel etait bleu et la terre ronde pendant qu’on pedalait…

Je retiendrais qu’il se fait souvent la reflexion « et si j’avais plutot fait comme ca », « et si ca c’etait passé comme ca… ». Je vivais souvent avec des si sur mon passé avant aussi, maintenant c’est plutot des si sur l’avenir, mais soit. Il y a une chose qu’une personne m’a apprise un jour et qui m’aide a me rappeler que l’instant present est bien la seule chose qui importe. C’est que « nous sommes le 20 septembre 2016, il est 20h31, ni vous ni moi ne revivrez jamais ce moment ». A peine évoqué, il fait meme deja parti du passé…. se dire cette petite phrase aide beaucoup a se defaire de l’emprise du passé. Allez essayez !

Nous faisons un stop à Acharacle ou Mark reprend la route avant moi pour ne pas louper son train, de toute façon je suis trop lente et risquerais de le retarder.

Je reprends donc la route, seule, jusqu’à Salen, puis pars vers l’est pour rejoindre Strituan. Pour rejoindre le bothy, j’ai encore une bonne cote qui m’attends et rien que d’y penser je suis completement démotivée. La route est en dent de scie, et rien que ça, ça me démotive complètement, je n’y arrive plus, le fait de savoir que je force pour rien car il y a peut etre un problème mécanique est pire que tout. En plus c’est une petite route et les automobilistes qui me frolent à 20 centimètres (20 centimètres qui garantissent seulement le fait que me toucher pourrait rayer la carosserie), ou qui parfois me klaxonnent parce que ça les embête que je sois sur la meme route qu’eux (ben oui qu’est ce que je fais la !!?) me font perdre mes nerfs. Je craque et pleure dans une des énième montées avant Strituan. Mon espoir, y faire du stop et arrêter une voiture pick up ou camionette car il y en a pas mal et avancer au plus loin.

Ne dit on pas que c’est dans la difficulte qu’on reconnait les esprits forts ? Eh bien la je n’y suis pas ! J’abandonne…

Je m’arrête donc à Strituan, j’en ai vraiment marre, mes jambes me portent difficilement, et puis allez j’en rajoute une couche, le bracelet de ma montre s’est cassé, mon téléphone ne remarche plus depuis la Norvège alors que je paie pour un forfait qui comprend les appels illimités vers toute l’Europe que je n’utilise donc pas pour avoir des contacts avec mes proches, que je n’ai que parfois quand j’ai du wifi, et après que je m’en sois servi pour checker les itinéraires, les wharmshower, bref les trucs les plus urgents, donc pas souvent. J’ai pas eu deux jours de beau temps depuis des semaines, bref j’en ai carrément marre…

Je fais un tour dans cette petite bourgade qui propose ce soir un super film dans un camion cinéma ambulant, original mais c’est pas dans le budget de toute façon, et le film, a part m’apporter quelques eclats de rire si j’arrive a comprendre les blagues en anglais ne m’aidera pas à passer le col demain…

J’essaie le stop, en prenant bien un air dépité lorsque les gens ne s’arrêtent pas, des fois qu’ils seraient pris de remord ensuite… et ça marche, au bout de 5 minutes une camionette fait demi tour, James et son acolyte s’informent sur ce qui se passe, oui bizarre une cyclo qui fait du stop, pas manqué j’ai un problème avec le vélo ! ils ne vont pas vers le sud mais remontent au nord vers Fort William, eh bien soit ! j’irai finalement à Fort William, je sais qu’il y a un magasin de vélo la bas, sinon le prochain se trouvait à plus de 2 jours de vélo à Glasgow…

James est pecheur de noix de st jacques sur son bateau avec lequel il a eu un probleme moteur, d’ou son passage ! Nous longeons le Loch Eil c’est magnifique, et prenons le ferry pour passer sur la rive est et rejoindre Fort William. En attendant le ferry nous dégustons cru une noix de st jacques, délicieux, je garde la coquille, elle est belle, et quand je serais sur le chemin de St Jacques en Espagne je pourrais l’exhiber !!! Il part a la peche dans les fonds marins et les fait directement partir par camions entiers vers Amsterdam. Ca m’aurait plu de les voir a l’oeuvre !

Fort William est vivant et est le point central de l’Ecosse, tout le passage entre le Nord et le Sud passe par là, c’est aussi la capitale du sport plein air d’Ecosse, voire du Royaume Uni, la capitale du VTT ou se passent chaque année les championnats du monde. Elle est située aux pieds de Ben Nevis, (« Ben qui ? »), la montagne la plus haute du Royaume Uni, 1 344 m de haut, un classique pour les randonneurs. Fort william c’est aussi d’ou part le train à vapeur de Harry Potter et qui rejoint Mallaig, le Jacobite Express que je vois s’en aller quand nous arrivons.

Au magasin de vélo, ils ne voient pas vraiment la panne à laquelle je pensais, mais me conseillent plutot de changer la cassette arrière, ainsi que la chaine… 70 pounds… ils sont ouverts demain, dimanche, je me laisse le temps de réfléchir jusque là, je dormirais dans les environs.

La ville est animée en ce samedi en plus des touristes tardifs de septembre, l’arrivée du triathlon, et la finale de shinty, sport très populaire en Ecosse, que l’on peut résumer en hockey sur gazon.

Un peu dépitée par le cout de la réparation, et le manque de persuasion quant à ce que ces réparations améliorent le pédalage que je trouvais difficile ces derniers jours, je traine en ville ou plusieurs magasins outdoor se partagent la rue piétonne.

Je m’approche également du stade ou la finale étant terminée, c’est le bar qui fait recette désormais, pour demander à prendre une douche. Donald, qui a les clés de toutes les portes m’ouvre gentiment un local. Je ressors toute fraiche !

Je pars ensuite en direction du nord de la ville en suivant la rivière pour trouver un bon spot pour camper, le temps est sec et partiellement éclairci. 

Je m’installe dans une foret ou j’apprecie le calme, les senteurs et les couleurs. Il y a eu des feux de camps cependant après réflexion je ne vois aucune raison d’en faire un moi aussi, j’ai meme pas les chamallows à faire fondre dessus ! De plus je repense à chaque fois a la brochure « Know the code before you go » a propos du campement sauvage en Ecosse, avec lequel ils sont a l’aise, qui presente les gestes a avoir avant de camper sauvagement comme ne pas laisser ses dechets (avec une illustration ou des pecheurs boivent des bieres, roh c’est quoi ce cliché, les pecheurs pechent, ils ne boivent pas des packs entiers de bieres…! Ca se saurait…), et entre autre que faire un feu de camp a des consequences non negligeables sur l’environnement et que l’utilisation du rechaud doit etre privilegie si on en a un…. J’essaie aussi de choisir mes spots de campement ou je n’ecrase pas 3m carré d’herbe folle, ou fleurs etc. J’essaie de minimiser au maximum mon inpact sur l’endroit ou je passe la nuit. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s