Jour 122 New Galloway – Wigtown

Ou Le cercle des poetes perdus

Je quitte tardivement Allison et Richard, la larme a l’oeil. Je me suis plu avec eux, j’etais bien. Le temps est magnifique et heureusement. Chaque fois que je quitte des personnes je sais que la solitude dans laquelle je replonge directement met un peu de temps a passer, et chaque fois que je quitte un endroit c’est aussi le cote pratique qui ressort et me demande toujours si je n’ai rien oublié. La, en l’occurence j’ai oublié de rester…

Normalement de belles choses m’attendent je n’ai que 40 km pour rejoindre Wigtown, la ville du livre en Ecosse ! Et cette semaine a lieu le festival international du livre. Normalement je vais rejoindre un petit village animé, paré d’une dizaine de bouquinistes. Chouette !

J’arrive dans la ville ou c’est plutot calme… j’entre dans la librairie Readinglasses & café, plutot specialisée dans la litterature feministe, puis la Old bank bookshop ou je demande s’ils ne cherchent pas de l’aide pour le week end. La responsable parle francais et est ravie de discuter un brin mais elle n’a pas besoin de quelqu’un pour l’instant mais me conseille d’aller dans le magasin d’en face The Bookshop.

J’y vais de ce pas, 15h30 je rentre dans la boutique, quelques phrases echangées avec Shaun le proprietaire, 15h35 je reste ce week end pour l’aider. Je peux planter ma tente dans le jardin ! Ca c’est de l’efficacité…

Je reste deux heures a parcourir cette boutique, la deuxieme plus grande de livres d’occasion d’Ecosse. La plus grande se trouvant a Edimbourgh. J’y avais aussi proposé mes services dans l’une des nombeures librairies, en vain.

Le magasin compte environ 100 000 livres de tous les themes et tous les ages…. des editions du poete ecossais Burns, de l’aventurier R.L. Stevenson. Je caresse les pages de couverture comme des tresors. Sur les rayons je tombe meme sur un livre edité en 1583…. a 400 pounds… mais pas de tapis rouge, il est blotti entre deux autres romans plus recents, tout simplement.

Plusieurs salles se succedent, l’entree avec les livres anciens sur la gauche et une collection infinie des livres collection Penguins a droite, et quelques autres themes. Sur une des etageres en bois un trophee, une tablette kindle shootée par Shaun a la carabine.

et bien d’autres, puis une petite salle pour les enfants a gauche, a droite les escaliers menant aux etages privés de la maison, en continuant on peut promener son regard sur les collections geographie, un lit en mezzanine permet aux lecteurs de se sentir comme a la maison.

« A book lover never goes to bed alone »

 La salle suivante a un ancien bureau et une ancienne machine a ecrire, un fauteuil pour jouer a l’ecrivain…

Ensuite une salle a gauche pour les romans polar, erotiques, et ingenieurie… a droite la Scottish room avec les ecrivains ecossais, ou romans ayant trait a l’ecosse. Et ce n’est pas fini…

En sortant a l’air frais il y a sur la gauche un cabanon avec tous les livres ayant trait a la nature. Si l’on continue sur le chemin on traverse plusieurs petits jardins pour atteindre le pop up wine bar.
Dans un coin du jardin, ma tente. Je deviens « ah c’est toi qui dors dans la tente !? ».

Shaun vit dans les etages au dessus de la boutique, dans la maison de nombreux va et vient, dans l’immense demeure quelques volontaires ont trouvé un coin pour dormir, des auteurs ont reserve leur chambre et la salle a manger sert de writer’s retreat, le coin discret ou tous les ecrivains se retrouvent, traversant la librairie pour acceder a cet endroit qui leur est reserve.

Je fais egalement partie de la maison et fait connaissance avec Emmanuela, une italienne qui travaille pour la saison, un auteur aventurier Robert Twigger, super sympa je n’imagine pas le dixieme de ce qu’il a fait, une ecrivain Stephanie J. Parris qui parle francais, tres classe, je lui demande comment fonctionne les relations economiques avec les editeurs, Jessica Fox, une americaine petillante,….

Mon histoire leur font dire des wouh et des wouah et me disent tous d’ecrire un livre la dessus…

Il y a aussi des etudiants venus d’Edimbourg pour chercher l’inspiration, serrer des mains et boire du mauvais vin avec des auteurs. Ils viennent de terminer un master en ecriture creative, des etudes pour apprendre a etre ecrivain. Je ne pense pas que l’on apprennne ca a l’ecole, ni que ce soit un metier mais plutot du ressenti…. bref ils auront soit une grande carriere, soit enchaineront les publications de romans fabriqués qui se ressembleront les uns apres les autres. A 24 ans, le vecu ressemble plutot a des soirees etudiantes a Edinbourg…l’ecrit est vide. Le pire c’est que certains, jeunes, ont l’impression de tout savoir et d’etre deja sur un podium comparé a d’autres personnes, leur donnant la possibilité de les regarder de haut…l’ego gonflé a bloc, ils font des rondes devant ceux qui peuvent leur etre utiles, et regardent avec dedain les autres…

Nous allons voir un one man show, personne ne sait a quoi s’attendre mais surement pas a la comedie de l’annee, 4 places ont ete vendues, nous y allons une dizaine nous quadruplons le public. Certains n’ont pas oublié d’amener une bouteille de vin rouge qui circule dans les rangs, on boit a meme le goulot. Au bout de 20 minutes on se regarde, c’est plutot nul, le vin est immonde, mais les anglais s’en fichent. La plupart du temps ils boivent le vin blanc avec  de l’eau gazeuse….
on décampe et revenons a la maison. Je traverse le jardin pour aller voir le concert dans le bar au fond du jardin, les gens sont surexcités et sautent dans tous les sens, c’est la qu’il fallait etre !!!

22h00 Robert T. Propose d’aller voir le Stone Circle, 3,5km a pied dans la nuit, et admirer le ciel etoilé. Nous partons a 9, Robert, Jessica, les 3 etudiants dont Mohammed un egyptien qui parle francais, un critique litteraire, …Le chemin est long. Ce qui m’enerve… c’est que le critique jette dans le fosse ses megots  qu’il fume plus vite qu’il ne mets un pied devant l’autre. Quant aux etudiants ils rigolent fort, et ne se preocupent pas que nous marchons au milieu d’une route dans la nuit et que les voitures arrivent a toute allure, ne s’attendant pas a nous trouver la… 

je fais quelques photos (mediocres)…

Je me rappelle d’un petit jeu sur les reseaux sociaux l’annee derniere pour promouvoir la lecture pendant la semaine internationale du livre. Il s’agit de prendre la derniere phrase d’une page prise au hasard du livre le plus proche de nous. Je vous propose de mettre en commentaire la derniere phrase de la page 122 (comme ce jour) ! 

Pour moi c’est  :

« Il y avait toujours plus dur que ce que l’on pouvait connaître soi-même. » La derniere ligne droite P. FRANCESCHI

9 réflexions au sujet de “Jour 122 New Galloway – Wigtown”

  1. « Bob semblait grave et fatigué, Oscar affichait un petit sourire ambigu qui lui donna envie de lui filer une paire de claques  »
    Katherine Pancol, les écureuils de Central Park sont tristes le lundi.

    une saga légère et originale qui se lit bien 😉

    Aimé par 1 personne

  2. « Merde, merde, de l’or, de l’or, rien que de l’or », avait murmuré le Grec, s’attirant un regard d’Ernst d’un bleu si aiguisé que son âme en saigna.

    Une vie à coucher dehors, Sylvain Tesson

    Quand je l’aurai fini, je l’enterrerai quelque part en Bretagne et t’enverrai les coordonnées GPS pour que tu puisses le récupérer en passant. 🙂

    J'aime

  3. « Nous perdons chaque jour du chlorure de sodium dans les urines, la sueur, la transpiration. Nous devons donc en prendre de 6 à 8 g chaque jour dans notre alimentation. »

    Changez d’alimentation. Pr Henri Joyeux

    J’avoue Marlène, c’est pas très glamour, mais j’ai joué le jeu de la page 122 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s