Jour 143 Killarney – Skibbereen

J’apprehende un peu la journee avec une bonne centaine de kilometres a faire pour rejoindre Skibbereen et dormir chez Morgan qui m’a confirmé son invitation pour ce soir ! 100 km, ca fait longtemps que je ne les ai pas fait… de plus je vais avoir quelques cols. J’ai beau simuler plusieurs parcours en Gpx, tous indiquent la meme distance et le meme denivelé. Je decide de prendre la route qui me semble la pluq directe, plein sud, et la plus belle surement aussi.

Je sors de la ville de Killarney en traversant un bout du parc national, je suis plongée en pleine foret, ca fait plaisir !!! J’aurai pu camper ici mais je n’ai pas de regret d’avoir passé une soirée qui n’a pas ete synonyme d’obscurité prolongée ! Je passe aussi une grotte, je n’ose pas y penetrer plus de peur qu’un mechant animal n’en sorte…. je n’aurai pas non plus dormi dedans c’est sur !

Les arbres s’entremelent et offrent de belles couleurs avec l’automne naissant, leurs branches font reverence aux fougeres qui surgissent en taches vertes, jaunes, marrons, rougeatres par endroits, ou effleurent directement l’eau donnant de magnifiques reflets. 

Dommage pour vous, je ne m’arrete pas prendre quelques photos et garde tout ca rien que pour moi pour une fois ! Je me dis aussi que je n’ai pas de temps a perdre si je veux arriver avant la tombee du jour. 

Je passe un premier col, sans difficulté, la montée etait lente, c’etait plaisant. Ce qui est bien avec les cols c’est qu’a un moment ca se termine et c’est une longue descente (de soulagement et de plaisir) qui se dessine ; contrairement aux montees descentes incessantes de certaines routes qui sont plus frustratrices qu’autre chose. Et puis en haut il y a toujours la vue !

La, c’est la Ladie’s view, on embrasse du regard le parc, forets et etendues d’eaux se partagent le paysage. On entend les brames des cerfs qui sont encore dans la periode de rut.

J’ai traversé Kenmare et m’arrete a Glengariff, je ne suis tellement pas sure de moi de faire la distance et un autre col que je fais du stop, comme a mon habitude, 5 minutes sans conviction, et puis je repars quand meme.

je continue surement, et entame un nouveau col, le Caha pass, assez connu des irlandais, j’appréhende car la carte indiquait des tunnels et me deroutait a chaque fois, comme si c’etait interdit aux velos, j’avais fait le choix de prendre cette route quand meme et j’ai eu raison, c’est une route tres pittoresque, scenique ! Le tunnel fait a peine 100 m, ca aurait ete bete de rater le panorama. 

Je ne peux m’empecher de m’exclamer un haut et fort « youhouuuuu! » En entamant la longue descente ! C’est le pied.

Je passe Glengariff et Bantry, finalement je vais peut etre y arriver ! 30 km a faire alors qu’il n’est que 14h00 j’ai connu pire, pour arriver a Edinbourgh j’avais 50km a faire apres 16h00…
J’atteins Skibbereen en fin d’apres midi, j’attends Morgan qui revient cers 19h00. Je rate de peu Doug et Sophia qui sont aussi en ville, ils partent vers le nord, d’ou je viens. La communication ne s’est pas faite assez vite dommage. Je decompresse un peu en attendant mon hote et visite la ville qui est fiere de ses athletes qui ont gagné la medaille d’argent a l’aviron aux Jo 2016 ; heureusement que je n’agite pas un drapeau francais derriere mon velo, c’est nous qui avions eu la medaille d’or… un sentiment etrange m’envahit, j’ai eu conscience ces derniers jours que sans la liberté de dormir au chaud, ou du moins a l’abri ou on veut, limite un peu les frontieres de l’aventure. Une decision s’impose quant a la suite, et vite !

Je ne sais toujours pas si je peux faire confiance a Morgan, j’embarque dans son camion, on quitte un peu la ville, il a un naturel genereux et un peu directif propre aux personnes du Moyen Orient – Afrique, sans faire aucunement de cliché, c’est culturel, je l’ai remarqué chez d’autres personnes et c’est un peu troublant au premier contact pour les européens, c’est la diversité, c’est beau. Neanmoins j’ai l’instinct que c’est quelqu’un de bien. Nous arrivons a sa maison, ses fils sont la, c’est sympa ! Direction les canapés, Morgan prepare son fameux poulet au curry avec lequel il m’avait fait saliver ! Je fais connaissance avec ses deux fils, le plus jeune finit son master en psychologie a Cork, et Rodney travaille a Limerick en biologie, sa fille est mariée et installée non loin de la. 

Ses fils semblent avoir des origines indiennes, en leur posant la question naturellement, mais qui de leur coté les etonne, il me dit qu’en effet ses arrieres grands parents du coté de sa mere ont été embarqués par les anglais depuis l’Inde et vendus en tant qu’esclave en Afrique du Sud…

Nos aieux respectifs ont eu des destins bien différents, mais nous, aujourd’hui, on est la, cote a cote sur le meme canapé…

3 jours sans pluie, ma tente a-t-elle le bras plus long que je ne le crois pour que je la deplie sur le sol irlandais ?

1 réflexion au sujet de “Jour 143 Killarney – Skibbereen”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s