Jour 161 Crockernwell – Quelquepart sur l’Atlantique…

Chris et Sarah me donnent de bons conseils sur la meilleure route à prendre pour rejoindre Plymouth ou le ferry lèvera l’encre à 16h00 pour l’Espagne !!!

Je suis la piste cyclable 27. Le réseau anglais de voies cyclistes est vraiment très bon, et très avancé par rapport à la France, voire par rapport à l’Irlande quasi inexistant.

Cette fois c’est encore mieux car après Okehampton la piste 27 suit en fait d’anciennes voies ferrées, c’est la Gravite road, c’est double bonus ! Bonus 1 pas de voitures, bonus 2 suivre une voie ferrée, c’est la garantie de quasiment aucun dénivelé ! 

Quelques promeneurs qui me saluent gaiement, et beaucoup d’animaux qui s’enfuient ou s ‘envolent sur mon passage. Des écureuils gris, des faisans, des envolées de cygnes, des oiseaux dont je ne connais pas le nom, etc…

J’aurai vu pas mal d’animaux en liberté au Royaume Uni qui  dans le sud ouest est quasiment que de la campagne. Chris m’a d’ailleurs conté toute la côte et ça donne envie de revenir pour découvrir encore plus de ce pays.

Sur la piste 27 je me retrouve quand meme à un moment à traverser un pré, autant dire qu’en vélo de route ça ne passerait pas !!

traversée du marécage !

Arrivé à Lydford, je suis ensuite la Drakers road qui me conduit jusqu’à Plymouth en me faisant tout de même traverser des endroits déserts de population, ou je recontre quelques vaches nounours panda !? en liberté encore une fois. Je traverse aussi des bois, de grandes forets, qui avec les couleurs de l’automne sont rouges, jaunes, verts, marrons, bref tout un dégradé magnifique. Comme si l’Angleterre me faisait profiter pour ce dernier tour de roues de ses plus belles forets et un grand bol de nature !

Arrivée à Plymouth ou la pluie me menace avant le départ du bateau, je cherche en vain un fish n chips ou depenser mes derniers pounds !

je remplis alors les sacoches en prévision des 24 heures de ferry

Sur le gros paquebot, je sus la seule cycliste, et globalement pas beaucoup de monde à bord. Le personnel est français, ça fait bizarre de voir plusieurs français en meme temps, au meme endroit et qui se connaissent ! En fait ce à quoi je n’étais plus habituée c’est le ton employé ente personnes qui travaillent ensemble, qui se connaissent depuis longtemps, loin du ton poli entre commerçants et touristes. J’ai vraiment l’impression de redécouvrir la France en les écoutant parler. Mais pas pour longtemps car l’Espagne m’attends !!!

Sur le bateau je m’étais imaginé peut etre tomber sur un groupe d’espagnols avec qui j’aurais essayé les quelques mots d’espagnols appris, en vain ! Je tue le temps avec les leçons d’espagnols, la visite du paquebot dont j’aime toujours faire le tour des étages et attractions, le restaurant, le bar, le casino, la piscine; le cinéma, etc, bien sur tous ces passe temps sont payants.

La plupart des voyageurs sont en cabine, nous ne sommes que 5 environ à etre dans la salle des pauvres à dormir sur des sièges, pour ma part je déplie mon matelas et sac de couchage, c’est le luxe !

4 réflexions au sujet de “Jour 161 Crockernwell – Quelquepart sur l’Atlantique…”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s