Jour 179 Porto

Le matin une tcheque sort du lit d’a cote, tiens ou je ne la reconnais pas ou je ne l’ai pas vu, et un inconnu pendant la nuit nous a rejoint. En faisant le compte, je réalise que nous étions 17 à dormir dans 80m2 ! Le chauffage manque à l’appel et le confort pour ceux qui n’ont hérité que d’un matelas de 2 cm2 mais peu importe on est bien. Je n’ai toujours pas croisé le proprio, arrivé tard hier soir il est déjà reparti au boulot tot ce matin. Apparemment il aurait quand meme eu un petit sourire en voyant le tas de chaussures dans l’entrée, il n’avait jamais eu autant de monde. 

La journée est moche, mais quelques éclaircies me poussent à aller explorer la ville, au départ je ne voulais pas m’attarder mais hier j’ai eu le coup de foudre alors je compte bien rester une journée de plus !

Je pars dans le centre et vais me perdre dans les petites ruelles, c’est trop beau. L’art est dans la rue et a aussi envahi les cabines telephoniques qui n’ont plus que cette vocation desormais. 


Je parcoure les rues touristiques, les anciennes librairies, et trouve un restaurant bien local avec des menus a 2,80 euros ou l’on mange des haricots et viandes en sauce, la rectte locale ce sont les tripes, moi je penche pour un plat bresilien, globalement choisi au hasard car je n’ai pas vraiment compris tout ce qui etait ecrit !


En tout cas, c’est un restaurant ou l’on vient pour manger, et pas pour la deco, la presentation de l’assiete, les toilettes propres etc… c’est du pratique et efficace !


Je trouve ensuite un bar et me delecte des peut etre meilleures pasteis de nata, qui deviendront une drogue tout au long de mes journee dans cette ville !

 Puis la gare de Sao Bento dont les murs en mosaiques, les azulejos racontent l’histoire de Porto.


Je regarde de dehors la libriarie ou Jk rowling se serait inspire pour ecrire les Harry potter, y ayant vecu quelques annees, c’est le lieu le plus touristique quasiment. Devant, un guichet pour faire la queue et acheter son  ticket de 3 euros, a presenter au vigile a l’entree….


Sur la route du retour, je croise Jakub par hasard, nous faisons route ensemble et passons sur la passerelle au dessus du pont métallique, ou nous croisons Zoe et Olivier, nous rentrons ensemble, profitons de la belle vue sur la ville de nuit et cuisinons de retour à la maison.


A notre retour, il y a eu des départs et des arrivées, une allemande Laura, et le nouveau de cette nuit à qui on demande « et tu viens d’ou !? » « Do Brasil » ! Je ne me rappelle pas de tous les prénoms, les personnes deviennent des nationalités.

Cependant il se passe un truc assez magique, on est tous différent, pas un de nous presque ne vient du meme pays, et pourtant on est tous sur la meme logique du vivre ensemble, de notre mode de vie respectueux de la nature, des générations futures, de l’homme de maintenant et celui de demain, on se pose pleins de questions sur notre pouvoir de changer les choses, conscients qu’il faut donner un tournant à nos sociétés d’aujourd’hui qui, basée sur le capitalisme, nous plongent tous tout droit vers un futur qui n’a aucun sens à nos yeux. Sans être des révolutionnaires, des activistes extremes ou des engagés politiques, nous agissons tous consciemment, changeons nos habitudes et considérons que chacun à sa façon peut changer le monde.

Cette petite communauté d’un jour, ou les chemins de la vie nous ont rassemblé ces quelques jours s’organise naturellement bien. Tout le monde participe, partage, le positivisme est exponentiel et on est juste bien. La plupart sont en voyage de transition, ou en fin de vadrouille, seuls 2 sont en pause congés pour quelques jours, mais dans leur tête, être au milieu de tous ces voyageurs long terme leur font pousser des ailes. Les sachets de thé passent de verre en verre et quand il n’y a plus assez de tasses, on boit le vin dans des pots de confiture terminée qui font bien l’affaire.

Je regarde aussi la route pour le lendemain, Olivier et Zoé ont conclu de leur promenade sur la marina qu’ils auront peu de chance de trouver un bateau au départ de Porto, trop tard dans la saison, il faut aller droit vers le sud et vite ! Ils partent donc eux aussi pour Gibraltar ! Moi j’ai bien envie de ffaire un petit détour pour suivre le Douro et découvrir les étages de vignes qui le bordent plus loin dans l’intérieur des terres, ça fait un bon détour pour Coimbra qui est ma prochaine étape mais ça a l’air beau. J’hésite quand meme, il faut dormir de nouveau en tente, je n’ai plus de casque, repartir toute seule après être autant entourée c’est aussi un moment particulier, mélancolique, maintenant je le sais. Je m’endors en pensant encore à tout ça, faire le détour par le Douro ou descendre tout droit sur Coimbra ? Dans ma tete les plus et les moins s’alignent de part et d’autres d’une ligne imaginaire faisant les comptes des côtés positifs et côtés négatifs….quand j’entends une nouvelle voix dans le salon, je la reconnais ! c’est l’australien de l’albergue de Viana do Castelo (je ne connais toujours pas son prénom….), mon partenaire de ukulélé !

Je me relève et vais lui faire un coucou, je rencontre aussi enfin le proprio, qui m’avait répondu par mail à ma demande warmshower la veille, à l’heure ou je dormais déjà dans une de ses chambres ! Il ffait d’ailleurs le tour des personnes qui sont intéressés pour aller planter des arbres le lendemain pas loin de Porto. Tout le monde est enjoué ! Et puis moi ça me tente bien aussi ! 

Je repars me coucher tranquille, plus besoin d’hésiter sur la route du lendemain ! le pogramme de la journée sera beaucoup plus simple !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s