Jour 183 Porto – Coimbra

Ca y est, je plie bagage pour de bon de Porto, l’objectif rejoindre Aveiro puis prendre un train jusqu’à Coimbra.

Mais avant je retraverse ce pont metallique pour aller faire un coucou à Lawrence et sa copine Choong. Je pensais que 8h serait trop tot pour eux mais pas du tout ils sont debout, guettent les cormorans qui s’organisent à 6h pour pecher dans le Douro.

Je visite leur petite caravane mais qui a bien plus de confort que PetitVélo. Lawrence m’a préparé 2 mendiants généreux au chocolat et me fait des crèpes pour le petit dej, à la creme de chataigne et bananechocolat ! Il etait patissier chocolatier avant de et pendant sa vie de baroudeur des routes !

Ils me donnent egalement un téléphone qu’ils n’utilisent pas, il est très pocket ! mais la batterie va tenir longtemps c’est sur !

Ils voyagent en Europe jusqu’en mai sur des fonds liés à la vente d’une première maison. Ils prennent le temps de vivre et sont sur tous les bons coups pour économiser de l’argent.

Ils me racontent leurs vies de voyages, car il y en a eu plusieurs ! On en vient à parler de l’Inde qu’ils connaissent très bien, et du Népal ou ils sont restés bloqués 3 mois pour des histoires de visa, et ont donc vécu le tremblement de terre de Avril 2015. Ils sont restés 5 jours tapis dans la terreur à ne plus savoir ou se sentir en sécurité, les gardes avait regroupés les survivants dans un champ de terre, éloigné le plus possible des immeubles qui s’écroulaient tour à tour, entourant ces survivants de corps meurtris sous les décombres. Les récidives du tremblement de terre ne cesseront pas de s’enchainer, à chaque fois, les personnes pleurent, paniquent à chaque secousse. Ce sont 5 jours ou personne ne réussiraà dormir de peur de ne pas se réveiller en vie. Leur salut, un avion de l’armée belge envoyé pour rapatrier leur compatriotes, ils prendront également en charge nombreux européens pour qui les autres pays n’avaient rien envoyer… 44 belges, 55 hollandais, 8 français, et d’autres nationalités dont les Sunset triplets, 3 jueaux suédois déjantés avec qui ils auront beaucoup ri pour décompresser. Désormais dès le moindre tremblement, ne serait-ce un pont qui bouge un peu sous les roues d’une camion etc fait resurgir ce sentiment de panique chez les personnes qui ont vécu ce moment.
Je les quitte et pars vers le sud en longeant l’océan, je m’arrete quand meme regarder les surfeurs essayer de glisser sur les rouleaux de l’océan. Je traverse aussi des bidonvilles dont je suis surprise de voir à côté des riches maisons au bord de l’océan.

Globalement depuis l’Espagne mais aussi au Portugal je suis surprise par le nombre important de maisons abandonnées, de très vieilles batisses, ou bien des structures en béton qui n’ont pas pu etre finies, des maisons abandonnées en plein centre ville, c’est impressionant. La crise est passée par là dit on.

Ensuite la route est initeressante avec vent de face…

J’arrive à Aveiro, appelée la Venise du Portugal, parce qu’il y a un canal, des batiments tout beaux et quelques péniches qui attendent le touriste sur le bas côté, mais globalement cette ville ne vaut pas le détour. Je saute dans le train pour Coimbra et arrive à la tombée de la nuit vers 18h00 ou Renato saute aussi dans le train pour venir m’accueillir !

Il est en vélo aussi et partons pour sa maison ou il vit avec 7 autres personnes ! De nuit, Coimbra me fait un peu penser à Lyon, en plus petit !

Nous ressortons ensuite nous ballader, ou Renato me conte la ville qui regorge d’histoires, Coimbra a été la première capitale du Portugal, elle a tantot été musulmane, tantot catholique.

Nous allons au restaurant Zé manel dos ossos, ou les sardines grillees sont delicieuses a en tomber de sa chaise…. oui! pour y manger il faut faire la queue, le restau ne prend qu’une trentaine de personnes par soir, en deux service, sans resa ! 

Coimbra a l’université la plus ancienne du Portugal, plus de 700ans, réputées encorede nos jours pour ses enseignements en Droit, Médecine, les étudiants sont dans les rues, enveloppés dans leur longue cape noire qui descend jusqu’aux pieds, ça fait penser aux célèbres sorciers, car JKRowling s’est inspiré de ces étudiants !

Nous allons ensuite écouter un concert de Fado, musique traditionnelle portugaise, typique de Coimbra qui consiste en un trio d’un chanteur, d’une guitariste classique, et d’un guitariste de guitare portugaise, instrume’t typique du Fado qui comme on dit a les courbes d’une femme. Les rythmes sont en général doux et chantent mélancoliquement la beauté du Portugal. C’était le type de musique que les étudiants chantaient sous les fenêtres des jeunes demoiselles dans les rues de la Médina.

Je n’avais pas d’appareil photo mais ca ressemblait a peu pres a ca…!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s