Jour 184 et 185 Coimbra

Cette fois c’est Petitvelo qui raconte…

Apres un petit tour en train la veille ou je me suis etale de tout mon long parce que j’etais pas attaché, me voila a passer quasiment deux journees entieres dans un garage, super la visite de coimbra !

J’ai quand meme droit a un bain succinct avc quelques coups d’éponges sur la chaine et des grands seaux d’eau par dessus, Mimi ou la délicatesse ! mais enfin il était temps, j’ai cru que ce moment n’arriverait plus !

Et puis pendant qu’il ffait la sieste (oui Mimi, bizarrement s’accorde au masculin, on dit « Il est ou Mimi? », en meme temps moi aussi j’ai changé plusieurs fois de genre pendant le voyage, je suis un vélo, un farhard, puis una bicicletta !), Renato me bricole les freins arrière et m’enlève la roue arrière et me la ramène toute propre 2 heures plus tard, soit disant que j’ai des cracks au niveau des rayons ce qui provoque comme un voilage de la roue quand je roule. Faut pas s’étonner, parfois j’ai l’impression qu’elle me prend pour un 4×4, vas y que je descends des trottoirs de 10 cm avec tous les bagages sur le dos, voilà ! 

Le soir je les entends se marrer devant la télé, le film Cage Dorée qui raconte la vie d’une famille portugaise en France… 

Le lendemain, on ait un tour avec Mimi ! Elle m’amène chez le réparateur voir ce qu’il pense de cette roue en sursis, il n’en a pas en stock, et lui dit de continuer comme ça jusqu’au bout ! Au moins elle m’aura sorti du garage, on se promène ensuite dans les rues pavées qui montent dans le centre de Coimbra. Elle me porte dans les escaliers, et fait plus attention a moi depuis qu’elle a compris que descendre des trottoirs de 10 cm d’un coup ca ne me faisait pas du bien !

Et puis je finis comme souvent au Portugal contre la vitrine d’une boulangerie ! Ah pour me payer une roue arrière toute neuve elle dira que c’est trop cher mais pour manger des patisseries y’a du monde…

Enfin on est pas mal un 2 decembre en terrasse ! Elle est avachie dans les sièges de la terrasse, dos au soleil, elle garde toujours un oeil sur moi, prete a bondir si quelqu’un s’approche de trop pres, ou si je tombe malencontreusement.

J’ai quand meme quelques regards mais moins que quand j’ai tous les bagages sur le dos ! On reste un moment là, peut etre parce que le serveur qui ait les allers retours est sympa à contempler ou simpement parce qu’on est bien, de mon côté, pas une bicyclette en vue ! rien !

L’après midi je la vois revenir avec un petite bouteille de gaz, quoi on va refaire du camping sauvage !?

3 réflexions au sujet de “Jour 184 et 185 Coimbra”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s