Un Letton pas comme les autres

On entre dans le pays par la cote ouest qui longe la mer Baltique, des plages de sable immenses et desertes. On continue de rouler sous des ciels bleus chaque jour, 30 degrés en moyenne, on est aussi bronzés que des agriculteurs en fin de moisson, avec de belles marques de cyclistes qui tiendront plusieurs hivers peut etre ! Le soir nos corps se transforment en bouillottes geantes dans le duvet, le temps ou on se relayait pour mettre des buches dans le feu du kota pour avoir chaud nous parait bien loin.

Cependant dans ce pays, pas evident de trouver des routes goudronnées ou on ne se fait pas depasser par les camions toutes les cinq minutes. En suivant des pistes cyclables, on se retrouve a pousser nos velos sur des plages… on sue…!

Le premier soir, a force de suer, on craque pour un camping, pas sympathique, mais c’est un abri anti moustique !

Le lendemain l’arrivee dans Riga nous fait egalement circuler sur des routes peu safe, en traversant des zones ou des immenses batiments sont toujours abandonnes. Nous echouons dans un hostel pas cher (en moyenne dix euros par personne voire moins). La ville bourdonne de voitures dans tous les sens, le dynamisme est plus palpable qu’a Tallin. La culture cycliste parait moins developpee. La ville est agreable mais compte trop de circulation, trop de monde, le lendemain elle nous enerve deja, on a qu’une envie c’est de la quitter… parfois les anciennes maisons en bois, alignées au bord des routes donnent une impression d’etre dans un western.

Pour quitter la ville, c’est encore une autre histoire, on longe des grandes routes, des pistes cyclables défoncées, des trottoirs de dix centimetres de hauteur, une zone commerciale infinie, puis une industrielle, et la quand enfin on pensait sortir de tout ca, nous tombons sur Alvis, qui nous cause un brin car il rentre chez lui en velo. Au final il nous invite a dormir chez lui, il n’est que 15h mais on n’est pas contre. Tous les lettons dans Riga ne nous ont pas decoche un sourire, un mot en anglais ou un regard petillant. On partait avec la Lettonie comme mauvais souvenir, mais cette rencontre change la donne. Alvis est un marathonien, tri athlete experimente mais aussi chauffeur pour ambassadeur sur Riga, en ce moment celui des Etats Unis, d’ou un anglais impeccable !

On se retrouve donc a boire une biere devant Rolland Garros en apprenant quelques trucs sur les Lettons, notamment que le pays entier se vide, surtout les campagnes, pour se rapprocher de Riga qui attire les jeunes et les familles, ou bien vont carrément en Grande Bretagne et Irlande ou une vrai communauté lettone s’est créée. L’avantage economique du pays, ce sont ses arbres, tout comme la Finlande, mais egalement le port de Riga, qui, parmi les pays nordiques et baltes est celui qui ne gèle pas entierement l’hiver et permet d’utiliser les routes maritimes. La Russie se sert beaucoup du pays pour le transit des marchandises qui partent ou arrivent au port de Riga.

On repart en longeant le fleuve Daugas qui traverse toute la Lettonie, du sud est jusqu’a Riga. Puis nous coupons droit vers le sud en traversant quelques villages, et quittons le pays a 17h23.

Bienvenue en Lithuanie !

Ce jour la, c’etait notre premier mois, nos 2000km depassés, notre 4eme pays. Le budget lui est a 20 euros par jour par personne, le double de l’objectif, mais on se fait plaisir… !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s