Angine polonaise et coupe du monde

En entrant en Pologne, on gagne une heure. Dommage le soleil se leve encore plus tot, vers 4h et se couche vers 21h. Le premier soir nous dormons encore en mode luxe, un hote warmshower nous prete une maison entiere pour la nuit, malheureusement il est de ces hotes qui vous heberge mais qui ne partage pas la soiree avec vous, nous resterons entre nous, mais avec plaisir.

Les routes sont bonnes le premier jour mais se degradent vite meme lorsqu’on suit des itineraires velo comme le greenvelo qui nous fait encore pousser le velo dans le sable sous un soleil ardent sans nuage, et au milieur des tracteurs qui se relaient pour finir les moissons.

Lorqu’on suit des routes plutot moyenne, nous sommes surpris d’etre frolé par les bus et les camions, c’est une vraie nationale comme en France, nous ne sommes plus dans des pays de 2 à 4 millions d’habitants ou le concept d’autoroute etait presque inexistant.

Autour c’est la campagne avec des champs a perte de vue, les terres agricoles occupent plus de la moitie du pays.

Nous camperons donc deux nuits dans les champs. Finies les plages au soleil couchant de minuit. 😕

Pour rallier Varsovie, nous optons pour le train, qui securise notre entree dans la ville. Je n’ai pas trop apprecié l’experience de la nationale morbide ! On redoute meme un peu la suite, entre Varsovie et Cracovie.

Stan, du reseau Warmshower nous accueille, il est etudiant en geologie, mais aussi passione de grimpe en montagne. Sur les murs tronent entre autre des piolets, et sur les etageres des cailloux de toute sorte. Son reve, avoir l’occasion de partir travailler au Spitzberg ou en Antarctique ! Il nous laisse son appartement, et nous le verrons que tres peu, meme si notre sejour chez lui s’eternisera finalement pendant plus d’une semaine.

On visite la vieille ville, qui ne l’est pas tant car elle a ete entierement reconstruite apres la seconde guerre mondiale ; le quartier Praha, le plus bohème de la ville, ainsi que les limites des anciennes enceintes du ghetto juif, aujourd’hui totalement detruit, et qui fut l’un des plus grand de l’epoque nazi. On le retrouve notamment en fiction dans le film Le Pianiste. Je me ballade egalement le long de la Vistule (leur fleuve !), ou des plages naissent, mais la baignade n’est pas recommandée !

Nous reflechissons egalement aux prochaines routes…. la Pologne nous ouvre beaucoup de possibilités : la Tchéquie, la Slovaquie, qui conduisent ensuite a l’Autriche, l’Allemagne, ou la Hongrie puis la Slovenie….

Je me familiarise un peu avec la cuisine polonaise qui utilise beaucoup de gruau (kacha), un equivalent de boulgour…, qu’ils mangent a toutes les sauces, mais surtout en soupe et/ou avec de la creme fraiche. On trouve egalement beaucoup de Pierogi, des raviolis farcis a la viande, aux champignons ou aux pommes de terre. Je lis beaucoup, je couds des pochettes et vetements,…je m’occupe car Bibi a attrapé la grippe polonaise, enfin on ne sait pas trop, une angine fiévreuse… le docteur annonce dix jours de repos…et ça, le jour ou la coupe du monde commence… ! 🤤🤤🤤

En cinq minutes je sonde le web pour me faire une escapade aux alentours. Apres quelques clics, je laisse le lendemain mon buddy encore presque fievreux, convalescent mais consolé par un Espagne Portugal et m’en vais franchir une nouvelle frontiere !

2 réflexions au sujet de “Angine polonaise et coupe du monde”

  1. Adri, tu l’as simulé cette angine pour une bonne vieille coupe du monde 😉 Malin !!!
    Votre périple est chouette, profitez en bien. C’est excellent !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s