Ukraina bis – Des poules et des Lada

De Presov, nous decidons de continuer tout droit vers l’est et essayer d’aller pedaler en Ukraine sans trop savoir a quoi s’attendre. Le passage des douanes se fait rapidement pour nous, un passeport suffit pour entrer en Ukraine, contrairement a la Bielorussie qui requiert un visa tout comme la Russie. Les ukrainiens, eux, peuvent circuler en Union Europeenne sans devoir justifier de reservations d’hotels, de compte en banque bien fourni etc, depuis 2 ans seulement…

Passée la frontiere, on avance la pendule d’une heure et on perd environ 40 ans de developpement economique et industriel, mais on aime deja le pays…

A la traversee des premiers villages de la vallee que nous descendons, on partage la route avec les poules, les chevres, les vaches, les velos rouilles mais qui roulent encore, les Lada customisees et les camions sans age herités de l’epoque sovietique. Au bord des routes, une lampée de bonnes femmes qui vendent leur cueillette de la journee, des paniers remplis de champignons ! Dommage, on ne s’arrete pas, c’est de la descente !

Bref, on se retrouve rapidement plongés dans un autre monde. Eh oui ce n’est plus l’Europe, me rappelle mon forfait telephonique lorsque je contacte Andryi, un couchsurfeur qui nous accueille le soir dans un petit village juste avant Uzghorod, dans la maison de vacances de ses parents.

On finit donc la journee dans une maison de campagne ou l’eau n’est courante que dans le jardin ou a une source 500m plus loin, et ou les toilettes et la douche sont aussi dans le jardin. Et pas de wifi, oh mon dieu ! Nous y resterons tout de meme deux jours. Le premier soir nous sommes tous les deux, le lendemain matin les parents debarquent !

Igor, prof de soudure et Tatiana, ingenieur dans le batiment, sont ravis d’avoir des invités et nous font un breakfast local, mais ils ne parlent que quelques mots d’anglais, et nous, n’avons aucune notion de russe !!! Ils nous enmenent voir les voisins, dont la fille parle anglais ! Nous rencontrons donc Tanya, journaliste qui travaille a Kiev et nous apprend pas mal de choses sur l’Ukraine et plus precisement la region des Transcarpathes qu’elle nous donne bien envie de visiter.

Les ukrainiens sont pro europeens et n’ont qu’une envie, c’est d’entrer dans l’UE. Leur ancien president pro Poutine, lui, souhaitait plutot inclure l’Ukraine dans l’Union economique Eurasiatique, qui regroupe pour l’instant la Russie, la Bielorussie et le Kazakhstan depuis 2015, ainsi que les nouveaux territoires comme la Crimée, plus beau territoire ukrainien que ces derniers ont perdu récemment.

Igor nous enmene ensuite faire une ballade en foret, et voir le chateau de Nevitsky.

En revenant, on s’attable avec les voisins autour du diner, vers 17h30… (???). Dans la maison de vacances, pas beaucoup de vaisselles, mais beaucoup de verres a shooters, et on va vite comprendre pourquoi. On goute les boissons faites localement… du vin avec les raisins du jardin mais qui doit etre a bien 40degrés, de la vodka faite maison… et une autre indeterminée dont le niveau d’alcool est lui aussi indeterminé. En Ukraine, on dit que le premier c’est pour gouter, le deuxieme pour les amis, le troisieme pour les femmes et le quatrieme pour les hommes.

Le samedi, nous en profitons un peu pour decortiquer l’alphabet cyrillique pour au moins savoir lire le nom des villes et des commerces. Globalement quand on fait le lien entre les deux alphabets, il est facile de comprendre des indications ecrites, des menus etc…

Le dimanche nous allons a Uzhgorod et echouons finalement dans un petit hotel dans le centre ville. Plus tard nous croisons Andryi dans les rues et visitons la ville avec un de ses collegues, Dimitri, alias Dimo.

Le lendemain, nous partons tardivement direction Mukachevo, a l’est, puis prenons plein nord pour s’enfoncer dans les Transcarpathes, lieu de vacances des ukrainiens, polonais, slovaques, et hongrois. On trouve un petit coin pour camper, sur la route touristique, non loin d’hotels, mais rassurant. Une petite riviere qui nous borde et un espace pour faire du feu, le matin, les cloches des vaches nous reveilleront, on est sur leur passage !!!

Le lendemain nous continuons dans les montagnes, on privilegie les petites routes ou le trafic est rare. Comme depuis le debut du voyage nous ne faisons que du plat, la on a envie de s’en payer une bonne tranche (Gaga, si tu lis cet article, cette expression est pour toi). On enchaine les cols et les vallees. Les paysages sont magnifiques, en fin de journee nous arrivons a un col a l’entre du parc national du Synevir, qui surplombent des cretes autour de nous. Splendide. Nous camperons un peu apres dans la descente ou un espace est amenage pour faire des repas autour du feu et camper, pres dune riviere. Ces espaces sont nombreux dans le parc, et le campement sauvage est tolere en Ukraine. Dans la soiree, nous rejoindront deux papis slovaques qui se font une viree en scooter pour l’un, en vieille moto pour l’autre. Ils allument un feu, ce qui me rappelle les traditions finlandaises, et s’enfilent pas mal de vodka !

Lorsqu’on traverse les villages, on assiste toujours a des scenes epiques du quotidien, qu’on ne connait pas chez nous. C’est la saison des foins, qui se font a la main de A a Z. Les maisons ne sont parfois pas vraiment terminées, mais les eglises orthodoxes sont magnifiques avec leur toits arrondis, dorés ou argentés. Des proprietaires de vache qui promenent leur unique tendre et chère. Des types qui regonflent leur pneu de voiture avec une pompe a pied. Des motoculteurs qui font office de voiture, traine remorque, scooter, etc. La circulation se fait comme elle peut, tout le monde s’accorde en zigzagant sur la route pour eviter les nids de poules et passer a peu pres sur le goudron qui reste. Les chevaux tirent les remorques remplies de foin ou de bois pour ceux qui n’ont pas les moyens d’avoir une super Lada. Les casques et ceintures sont inconnues. Les travaux de plomberie, maconnerie, charpenterie, garagiste, electricite occupent les voisins qui savent a peu pres tout faire eux memes.

Notre dernier jour dans les transcarpathes nous offre le plus beau col a passer, plus de 900m sur une route de terre avec une belle descente en mode VTT au milieu des pans de montagnes recouverts d’arbres qui se chevauchent. C’est trop beau. Nous croiserons 4 ukrainiens a velo de la region de Louhansk, ainsi que pas mal de randonneurs a pied.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s